Le Brexit offre des opportunités d’échanges entre le R-U et le port d’Anvers

Le Brexit offre des opportunités d’échanges entre le R-U et le port d’Anvers

Le nouvel ambassadeur britannique Martin Shearman a visité aujourd’hui le port d’Anvers. Une première prise de contact avec les atouts du deuxième port européen sur toile de fond de Brexit. Une chose est sûre parmi toute l’ambiante : le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, sous quelque forme que ce soit, entraînera des changements importants dans les transports de marchandises entre les deux régions. Port of Antwerp y voit des opportunités de glissement modal, le short sea shipping containérisé remplaçant les liaisons ferry.

Story image

Moins de ferrys, davantage de cabotage

Les marchandises qui entrent ou sortent d’Europe par les ports de ferry feront l’objet de davantage de contrôles et de formalités administratives. Le Brexit signifiera pour les poids lourds qui traversent la Manche en ferry encore plus de contrôles, des durées de transit plus longues et in fine des coûts plus élevés.

Port of Antwerp prévoit que les camions avec chauffeurs seront en partie remplacés par des conteneurs non accompagnés sur unités de cabotage. Le short sea shipping est le transport maritime de courte distance et non-accompagné de marchandises en conteneurs transbordés par des grues. Dans la perspective du Brexit et de ses conséquences, Port of Antwerp va s’atteler à renforcer encore ses liaisons maritimes avec le Royaume-Uni. L’ambassadeur Shearman a clairement fait entendre lors de sa visite du port qu’Anvers post-Brexit sera plus que jamais la porte d’accès entre l’Europe et le Royaume-Uni.

De bons amis et partenaires commerciaux continuent à se parler, même dans les moments difficiles et incertains’, a déclaré le PDG du Port d'Anvers - Jacques Vandermeiren lors de sa rencontre avec l'ambassadeur.

La G-B, grand partenaire commercial du port

Avec près de 17 millions de tonnes de marchandises transbordées, la Grande-Bretagne a tenu en 2018 le deuxième rang des partenaires maritimes du port d’Anvers. Les principales catégories de marchandises sont les produits chimiques et pétroliers, les biens de consommations comme l’alimentation, les articles de toilette et les cosmétiques. Les liaisons short sea shipping du port scaldien avec neuf ports britanniques et irlandais sont donc appelées à prendre encore plus d’importance après le 31 octobre 2019.

Port of Antwerp prêt pour Brexit

Peu après le référendum britannique sur Brexit en 2016, un groupe de travail du Port d'Anvers, composé de 'Brexperts', a travaillé en collaboration avec diverses parties prenantes pour minimiser les conséquences négatives de Brexit pour le port. Une équipe dédiée composée de membres des Douanes Belges, de l'Agence de Sécurité Alimentaire et de représentants de la communauté portuaire.

'Le Brexit crée pas seulement des défis, mais aussi des opportunités pour le commerce entre les îles britanniques et le continent européen. Avec davantage de solutions de short sea shipping dans la chaîne logistique, nous pouvons non seulement augmenter la fiabilité de nos services mais aussi réduire la dépendance des camions au 'last mile', ainsi que les coûts et les émissions de CO2’, a déclaré Justin Atkin, représentant du Port d’Anvers au Royaume-Uni et en Irlande.

Les prestataires de services logistiques à Anvers ont une longueur d’avance grâce à leur expérience du trafic maritime non-européen. Ils ont l’habitude des démarches administratives et savent réduire les durées de transit.

Les autorités douanières anversoises sont elles aussi bien préparées : ‘Nous avons engagé 386 personnes à temps plein pour faire face au Brexit. Le défi est de taille, avec la perspective d’un supplément de 930.000 déclarations d’importations et 4,5 millions déclarations d’exportation’, constate Kristian Vanderwaeren, Directeur Général des Douanes & Accises.

Plus de confiture après le Brexit

Le ‘Papier blanc’ du Port d’Anvers intitulé ‘Think Brexit will get your berries into a jam?’ a pour but d’inciter les entreprises à réexaminer leur chaîne logistique et leur fournit toutes sortes d’informations pratiques pour éviter les ralentissements d’activité et les aléas futurs en faisant recours aux liaisons short sea. Lire l’intégralité du papier ici.

A propos de Port of Antwerp

En tant que deuxième plus grand port d'Europe, le Port d'Anvers est une composante capitale de l'économie belge : pas moins de 300 services réguliers vers plus de 800 destinations assurent une connexion avec les quatre coins de la planète. Le Port d'Anvers traite chaque année environ 235 millions de tonnes de cargaisons maritimes internationales et abrite le plus grand cluster chimique intégré d'Europe. Au total, le Port d'Anvers crée environ 143 000 emplois directs et indirects et représente une valeur ajoutée de plus de 20 milliards d'euros. 

Fidèle à sa mission 'Un port d'attache comme levier vers un avenir durable', le Port d'Anvers souhaite répondre de manière flexible à un marché maritime en rapide évolution, afin de continuer à jouer son rôle de port international de premier plan. Ses leviers : la collaboration, la capacité d'adaptation élevée avec une attention particulière portée à l'innovation et à la numérisation, le développement durable, mais aussi sur la responsabilité vis-à-vis de la collectivité. 

Le Port d’Anvers est une société anonyme de droit public, dont l'unique actionnaire est la ville d'Anvers. Il emploie environ 1 500 collaborateurs. L'échevin du port Annick De Ridder est président du Conseil d'administration, tandis que Jacques Vandermeiren est CEO et président du Comité de direction, qui assure la gestion quotidienne. Plus d’informations www.portofantwerp.com

Port of Antwerp
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium